Arrêter de fumer une inspiration à la fois Le 31 mai : Journée mondiale sans tabac

02Montréal, le 25 mai 2015 – S’il n’existe pas de méthode révolutionnaire pour arrêter de fumer, l’Institut d’hypnose appliquée de Montréal (IHAM), souligne que l’hypnose fait partie des outils à la disposition des fumeurs qui veulent rompre avec cette habitude qui leur colle à la peau. Et ce, sans autres accessoires que leur respiration et leur imagination.

La consommation du tabac est en nette régression au pays depuis une dizaine d’années. Le Québec suit cette tendance à la baisse, néanmoins, plus d’un Québécois sur cinq n’arrive toujours pas à écraser pour de bon. Déclarée Journée mondiale sans tabac par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’IHAM veut faire du 31 mai 2015, un point de départ pour celles et ceux qui ont besoin d’un coup de pouce pour cesser le tabagisme.

Expert en hypnose depuis plus de 20 ans et président de l’IHAM depuis 8 années, Gabriel Politis met son savoir-faire au profit de personnes qui souhaitent changer certains comportements qui leur gâchent la vie. L’hypnose s’adresse à tous et permet, non seulement de dire adieu aux mauvaises habitudes, mais elle peut également être utilisée pour retrouver un certain confort lorsque l’on souffre de douleurs chroniques ou que l’on veut gérer son stress ou son poids. « Contrairement aux idées reçues, l’hypnose n’est pas un coup de baguette magique. C’est plutôt un outil ultra rationnel qui va stimuler la volonté et l’imagination que chacun a en soi, sans nécessairement en être conscient », explique M. Politis.

L’IHAM utilise une approche unique en matière d’hypnose. Par exemple, dans le cadre du programme d’abandon du tabac HypNOfumer,Gabriel Politis s’appuie sur les résultats des dernières recherches en neurosciences portant sur les mécanismes neuronaux responsables des comportements automatiques, tels qu’allumer une cigarette après avoir bu un café. L’hypnose est alors utilisée pour déconstruire ces comportements, pour les détourner et les remplacer. « On peut par exemple suggérer à la personne sous hypnose, que désormais lorsqu’elle sera face à un stimulus externe qui la pousse à prendre une cigarette, elle remplacera cet automatisme par de grandes respirations ou se touchera simplement l’oreille. De nouvelles habitudes bien moins nocives pour la santé », souligne-t-il.

La condition essentielle à la réussite de tout programme est la motivation et la participation active de celles et ceux qui y ont recours. L’autohypnose, qui est enseignée dès la première séance, fait notamment partie des clés de la réussite.

À propos de l’Institut d’hypnose appliquée de Montréal
Fondé en 2008 et dirigé par Gabriel Politis, après plus de 20 années de recherche, de formation et de pratique,l’Institut d’hypnose appliquée de Montréal se consacre à démystifier le phénomène de l’état de transe hypnotique et à en proposer des applications pratiques visant à favoriser, accompagner et gérer des processus de changement de comportements et à améliorer le bien-être individuel.

Accédez à plusieurs témoignages sur Youtube et suivez-nous sur Facebook.

Source : Conseil québécois sur le tabac et la santé

-30-

Vous aimerez aussi...